mardi 13 mars 2018

L’ancien comptable du camp d’Auschwitz est mort


Bien avant de comparaître devant la justice, cet ancien sergent nazi de 96 ans avait raconté ce qu’il avait vécu et vu dans le camp pour «lutter contre le négationnisme».......Détails.........


En novembre dernier, la justice allemande avait pris la décision sans précédent d’ordonner l’incarcération du nonagénaire Oskar Gröning, un ancien comptable du camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz, pour purger sa condamnation à quatre ans de prison.
L’ancien sergent SS est mort vendredi à l’hôpital à l’âge de 96 ans, a annoncé lundi le site de l’hebdomadaire allemand Der Spiegel. L’avocat de l’ancien nazi en a informé le parquet de Hanovre (Basse-Saxe) qui n’avait toutefois pas encore reçu le certificat de décès.
En 2015, il avait été condamné à quatre ans de prison par le tribunal de Lunebourg, en Basse-Saxe dans le nord de l’Allemagne, pour « complicité » dans le meurtre de 300 000 juifs.
On lui reprochait d’avoir soutenu économiquement le régime, en envoyant l’argent des déportés à Berlin, et d’avoir assisté par trois fois à la « sélection » séparant, à l’entrée du camp, les nouveaux arrivants jugés aptes au travail de ceux qui étaient immédiatement tués.
Oskar Gröning s’était défendu en assurant que son rôle consistait uniquement à « éviter les vols dans les bagages des déportés », sans lien avec l’extermination, et en rappelant ses trois demandes infructueuses de transfert sur le front. Mais il a reconnu une « faute morale ». Ses recours ont été rejetés par la justice.

Votre avocate en Israël... 

Sa condamnation marque un tournant dans l’histoire de la justice allemande face à la Shoah. Pendant des décennies, les autorités n’avaient poursuivi que les dirigeants des camps de concentration.
Bien avant d’être rattrapé par la justice, il avait relaté ce qu’il avait fait et vu de 1942 à 1944 à Auschwitz dans un mémoire destiné à ses proches puis dans de longues interviews à des médias pour « lutter contre le négationnisme ». « J’ai entendu les cris de panique dans les chambres à gaz.
J’ai vu les SS frapper des bébés contre les wagons jusqu’à la mort », a-t-il dit lors du procès.
Ainsi il avait confié dès 2005 au Spiegel : « Je me sens coupable envers le peuple juif d’avoir fait partie de cette cohorte qui a commis des crimes, alors que moi-même je n’en ai pas commis. Je présente mes excuses au peuple juif. Et j’implore le pardon du Seigneur. »
Des propos réitérés devant la justice. Les parties civiles s’étaient alors félicitées que, « pour la première fois après un demi-siècle de procès des crimes nazis, un accusé reconnaisse officiellement sa faute et présente des excuses pour celle-ci ».

Source Le Parisien
Suivez-nous sur FaceBook ici:
Suivez nous sur Facebook... 
Sommaire
 Vous avez un business ?  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire